Théorie et pelures d’oignons…

Ce que je vais vous dire là ne va pas arranger notre moral abattu par les trombes d’eau – et en conséquence l’état déplorable de la parlote qui craint (vraiment) l’hiver et le froid – mais sachez que nos oignons valent toutes les Evelyne Dhéliat, Myriam Seurat et autres miss météo.
En effet, les pelures d’oignons sont sensées nous tenir informés de la dureté de l’hiver à venir. Ainsi, plus elles sont épaisses, plus l’hiver sera rude.
En 2004, une expo était même dédiée aux prévisions du temps à Lausanne! Intitulée Vols d’hirondelle et pelures d’oignons (reprise en 2008 à Grenoble) le projet observait les prédictions par les bêtes et les plantes. On (re)découvre l’un des dictions présenté lors de l’exposition :
« Oignon à quatre pelures, grande froidure »
Un certain Stéphane Fievet a même poussé l’étude assez loin en calculant le taux de fiabilité entre prévisions et réalité depuis 1999. Pas toujours probant, comme vous pourrez le constater (par ici).
En espérant que cette année, les pelures se trompent car elles sont épaisses paraît-il et que nous l’hiver, on le préfèrerait franchement doux…
Vous aimerez peut être:
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s